Une bonne semaine de travaux, assez contrariante par des travaux de peinture qui n’avançaient pas et des ennuis de dernières minutes pour installer le nouveau réservoir à gasoil.
J’ai donc été prêt le soir du 4eme jours de retard suivant et j’ai fait route initialement pour l’ile d’Yeux le lendemain matin a l’aurore.

Mais pétole et grosse erreur de navigation m’ont forcé à faire demi tour devant Le Croisic et mouiller au nord d’Hoëdic pour passer la nuit.

Las – le 4eme mouillage a été le bon après avoir vu Inox déraper sur son ancre aux 3 emplacements précédents. Merci Mr Guindeau (dont c’etait la première sortie) car à cet exercice je serai mort d’épuisement avec le matériel de Marcel… et le fiston lui a trouvé génial de faire du pousse-bouton pour descendre et monter l’ancre.

Il en aurait fait encore 3 ou 4 si cela n’avait tenu qu’a lui!
Le lendemain, le réveil est un peu nerveux car bercé par une méchante houle et Inox qui se rapprochait un peu trop de la cote. Sous un ciel menaçant le un vent qui commençait à monter en force, je decide de partir plus tôt et de passer une nuit au calme. Un appel au Crouesty pour réserver une place… enfin quand j’y serai.

Donc démarrage au moteur, levée de l’ancre et zou, je monte timidement la grand voile, puis le genois. Voyant Inox se réveiller enfin après la pétole du jour d’avant, je décidé d’envoyer l’artimon, et c’est sous un force 5 établi (peut être avec un peu de 6) que nous arrivons au Crouesty, 2 heures avant l’horaire prévu!

J’en avais le cœur gros car le pépère filait vraiment bon train et il ne demandait qu’a courir l’eau devant l’étrave… Inox est vraiment un bateau qui s’épanouit à partir de 5 – 6 Beaufort et doit être au top à 7. A verifer lors d »une autre ballade – lorsque les autres bateaux sont rentrés amarrés au ponton.

L’arrivée dans le chenal du Crouesty a été sketch: un grain nous bouche la 2eme bouée du chenal et évidemment l’avant port. On reste donc dehors faire des ronds dan l’eau à finir de ranger les voiles, mettre les pares -battages et les amarres à poste; on profite d’une accalmie pour entrer et nous amarrer a une place royale en face de la capitainerie.

On retrouve la des potes du bateau (Skald) rencontrés 2 jours avant a LRB.

Apéro et soirée crêpe et finalement un jour de plus pour faire du shopping et du rangement.

Le surlendemain départ prévu aux aurores pour Belle Ile… est reporté pour cause d’embouteillage. Entre le trafic entrant, sortant et les attentes au ponton gasoil, une heure se passe avant de pouvoir profiter d’un moment de calme et s’échapper vers le large.

Le Crouesty est sympa, un accueil à la capitainerie très cordiale qui me fait profiter du Service de Rade.

Il vous évite des km a pieds pour se rendre aux 4 coins du port pour des courses, aux formalités de port ou au toilettes!
Celles ci sont d’ailleurs digne d’un hôtel 3 étoiles comme leurs douches: chaudes et généreuses.

Donc voile vers Belle Ile que nous feront pour moitié au moteur (vent de face et pétole) je mettrai un certain temps avant de reconnaitre le phare de la Teignouse… et ceci me décide a prioriser mon prochain investissement: un GPS traceur!

 

C’est quand même mieux de savoir ou l’on est… après avoir murement réfléchi à la route selon la météo et les désidérata de l’équipage.
Nous atteignons Belle Ile dans l’après midi et la séquence mouillages foirés se répète: Nous recommençons à déraper sur le sable du fond de la baie face au fort Vauban… je plonge avec la bouteille au 4eme essai pour enfoncer l’ancre et balancer 30m de chaine sur un fond de 6m – ca à l’air de tenir…

Un petit tour a la capitainerie qui m’a offert d’aller rejoindre le port a flot (clôturé par une porte a marée) et m’indique que les bouées des vedettes sont disponibles pour la nuit après le départ de celles ci vers 19h.

Donc retour fissa sur Inox avant qu’un autre ne prenne d’assaut les quelques bouées restantes, on remonte l’ancre et accrochons une bouée tenant habituellement un petit ferry.
Rassuré par le mouillage, on repart en ville en goguette et petite visite du Palais, de son port, du fort de ses glaciers et des ses bars…!

Dodo pas trop mal sauf une méchante houle qui nous secoue et une nuit sans vent. Résultat pas beaucoup dormi entre le roulis et le « klong klong » de l’anneau de bouée martelant l’étrave et ce malgré les 4 mètres de  mou liberé à 3h du mat à la lampe de poche…

Le lendemain la météo est devenue médiocre: crachin avec peu de visibilité et vent mou: retour sur Houat au moteur et une traversée au sud de l’ile au Chevaux les fesses serrées: je n’ai vu le chenal des « soeurs » qu’au milieu et à 2 nautiques au nord de celles ci au beau milieu des cailloux…

Jai du ressembler a un caméléon avec un œil sur le sondeur, un autre sur la carte, le 3eme sur le cap et le dernier faisant des tours d’horizon a la jumelle pour repérer des bouées … invisibles.

Et oui: cherchez des repères qui se sont déplacés parce que vous n’êtes pas au bon endroit…

Confirmation de la décision d’acheter un GPS avec carte intégrée car décidément je vais mourir jeune a continuer à naviguer ainsi…
Donc petit relâchement dans le bas du dos après avoir passé le cap sud de Houat et mis celui-ci sur la bouée de la Recherche que je verrai pour la 1ere fois depuis mes navigations dans le golfe. (eh quand je vous disais que j’avais un petit souci… que celui qui ne s’est jamais paumé me jette le premier seau d’eau)
Le vent commence à porter à ce  moment la et nous faisons voile pendant 3 heures avant de remettre le moteur pour arriver sur le chenal de la Vilaine.

Avant de nous engager dans le chenal, face a la « Grande Accoche » je tente une petite démonstration de cape au fiston pour montrer que le bateau… ne s’arrête pas comme c’est dit dans les manuels de voile!!!

En affet le génois bordé à contre à mort ou partiellement, les autres voiles lachées, puis descendues; barre à contre toute, Inox continue avec un certaine derive à avancer.

Je n’ai pas sauté a l’eau pour voir si je pouvais le rattraper, et il faut que je tire cela au clair, car cela marche sur tous les bateaux avec lesquels j’ai navigué. Inox serait’ il rebelle à la cape???

Le passage d’écluse a été un grand moment:

arrivé en 1er au vent du ponton d’attent, les petits camarardes sont venus se mettre a couple avec plaisir: pensez donc; un bateau vedette, et une place de choix pour se déhaler.

Mais avec un vent forcissant d’heure en heure et seulement 3 passages programmés, plus de 40 bateaux se sont agglutinés autour de nous. J’ai du refuser qu’une 4eme rangée se mette a couple au vent: mes pare battages commençaient a faire la tète avec plus de 30 tonnes poussant sur le ponton.

Finalement nous passons à la dernière écluse à seulement 4 bateaux. Mais bon; le vent n’ayant pas molli, Inox m’a fait transpirer pour le mettre en place.
La manœuvre d’accroche de la chaine arrière s’est très bien passé et puis allez savoir pourquoi, j’ai souqué l’amarre avant que mon fils ait eu le temps d’attraper la chaine d’avant.

Résultat – Inox complètement en travers de l’écluse – à écraser 2 petits voiliers en plastique qui s’étaient aventuré un peu vite avant que nous ayons fini la maoeuvre d’amarrage – et refusant obstinément de revenir le long du mur d’écluse. et ce malgrè les injonctions du capitaine et du moteur…
Un moment de solitude m’a étreint alors… et là Zorro est arrivé:

Dominique l’éclusier se montre magnanime et super efficace: un bout frappé à la proue lui est lancé- il le fixe sur le quai, en arrière de la poupe puis sur ses indications je lâche lentement l’amarre arrière et mets marche avant au ralenti avec la barre à toute vers le mur à atteindre: le miracle se produit et  Mr Inox commence à bouger tout doucement et vient se mettre le long.

Un dernier coup de barre en sens inverse et le pépère est parallèle au mur. La chaine qui nous narguait a 6 ou 7 mètres de là pend lamentablement a notre merci a moins de 50cm…
Retour a l’anneau face a LRB vers 21h épuisés mais contents de notre virée.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer